NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Gilbert Bawara

Par pa-union.com - 17/07/2014

«La CENI existante travaille sur la préparation de la révision des listes électorales»

 

Le Togo se prépare à avoir des élections présidentielles dans moins de 10 mois. Les partis politiques et les états-majors affutent leurs armes. Mais les incompréhensions subsistent toujours. L’opposition réclament toujours les réformes avant les élections présidentielles pendant que le gouvernement qui soutient des reformes mais à l’assemblée nationale ne trouve aucun lien entre les reformes et le processus électoral. Dans ce tohu bohu, la CENI a engagé le processus pour la présidentielle. Et c’est le ministre de l’administration territoriale de la décentralisation et des collectivités locales qui nous l’apprend. Bref, l’ancienne CENI travaille en attendant une nouvelle selon la configuration de l’actuelle assemblée nationale.

 


© Droits réservés
Gilbert Bawara, le Ministre de l’Administration territoriale du Togo

Voici notre entretien !
pa-lunion.com : Monsieur Gilbert Bawara, bonjour !
Gilbert Bawara : Bonjour !
pa-lunion.com : En mars 2015, les Togolais seront très certainement appelés aux urnes pour élire un nouveau président de la République à la succession de Faure Gnassingbé. Mais pour l’heure, le débat se fait autour des réformes. Question M. le ministre, Est-ce qu’on ira à l’élection présidentielle sans les réformes ?
Gilbert Bawara : D’abord, Il n’y a pas de lien direct entre les réformes qui étaient débattues et le processus électoral. L’élection présidentielle est une échéance constitutionnelle. Partant de la précédente élection présidentielle et de la date de prise de fonction du président de la république, on doit s’attendre impérativement à avoir une nouvelle élection présidentielle en 2015. Et donc, c’est une échéance constitutionnelle. Les réformes peuvent arriver un jour comme un autre au gré des contextes et des circonstances politiques. Donc, les débats qui ont lieu à l’assemblée nationale sont un épisode, mais il y aura d’autres réformes demain peut être avant ou après l’élection présidentielle. Donc, il n’y a pas de lien.

 

pa-lunion.com : L’opposition demande ces réformes qui sont les prescriptions d’un accord politique depuis 2006. Mais il y a un blocage à l’assemblée. Vous-mêmes, le texte que vous avez envoyé a été rejeté. Est-ce que vous trouverez une solution pour décrisper l’atmosphère avant justement d’aller à cette élection ?
Gilbert Bawara : Je dis, les envies, les revendications, les demandes des partis politiques, c’est une chose. C’est quelque chose de permanent d’ailleurs. Ce n’est pas parce qu’on aurait opéré une réforme il y a une semaine, un mois ou une année, que dans les années qui viennent, il n’y aura plus de réformes. Il y aura toujours des réformes. Les efforts pour décrisper le climat socio-politique, c’est des efforts également permanents et constants du gouvernement. Nous le faisons parce que notre pays a besoin de cohésion, de paix sociale, de stabilité, afin que nous puissions nous concentrer résolument sur les défis économiques et sociaux. En revanche, le renouvellement des instances démocratiques doit se faire à intervalle régulière selon ce que la loi prévoit. Donc, je ne vois pas pourquoi il faut nécessairement chercher à établir des liens ou des conditionnalités entre ces différents sujets.

 

pa-lunion.com : Monsieur le Ministre, on ne définit pas de lien. Mais, le délai de six mois réglementaire au cours duquel il ne faudra pas toucher les textes dans l’espace CEDEAO étant, les réformes doivent se faire avant de rentrer dans cette période. La question est de savoir si on va réussir à s’entendre sur le minimum, pour éviter justement, des tiraillements pendant les périodes d’organisation des élections ?
Gilbert Bawara : Notre pays ne vit pas dans un vide juridique. La constitution existe et continue à régir notre pays. La loi électorale existe. Une CENI existe et est d’ailleurs entrain d’être recomposée avec la contribution et la participation de toutes les entités. Le problème qui se pose à moi est que je ne comprends pas le lien que vous voulez établir entre des réformes qui devraient être faites impérativement et les scrutins. Il y a eu un débat, ce débat est clos. Maintenant, il faut passer à une phase opérationnelle, et veiller à ce que les partis politiques, les organisations de la société civile, dans le respect du cadre légal et institutionnel existant, prennent les dispositions qui s’imposent et travaillent.

 

pa-lunion.com : Vous êtes ministre de l’administration territoriale, ça suppose que vous êtes même à la base de l’action politique du pays. La présidentielle, nous le disons, c’est dans huit ou neuf mois maximum maintenant. Où est-ce qu’on en est ? Le processus est-il enclenché ?
Gilbert Bawara : Oui, bien sûr. Vous savez que le code électoral prévoit que la CENI reste en fonction, jusqu’à ce qu’elle soit renouvelée, et qu’il y ait donc une nouvelle CENI. La CENI existante qui comprend en son sein, les représentants de toutes les tendances politiques, ainsi que de la société civile, travaille sur la préparation de la révision des listes électorales, et nous-mêmes, le gouvernement a pris les initiatives pour saisir l’assemblée nationale en vue de la recomposition de la CENI, parce que l’assemblée nationale actuelle est faite d’une certaine configuration politique, qui détermine la composition prochaine de la CENI. Et donc, la CENI recomposée va poursuivre les préparatifs. Le gouvernement va mobiliser les moyens et les ressources nécessaires, pour permettre à la CENI de prendre les dispositions qui s’imposent avec l’engagement politique ferme du président de la république et du gouvernement, de faire en sorte que, nous continuons à améliorer les conditions d’organisation des élections dans notre pays. Nous avons à cet effet, tirer les enseignements par rapport aux insuffisances qui ont pu apparaître lors des élections législatives de 2013, et sur cette base, nous allons améliorer d’avantage. C’est dire que les élections ont vocation à être de plus en plus apaisées, consensuelles, transparentes et crédibles, comme notre pays a pu en connaître dans son histoire.

 

pa-lunion.com : Le processus vers 2015 est enclenché dites vous, mais cela ne se sent pas. De façon stratégique, est-ce que partout, on prépare cette élection ou bien ça se prépare dans le carré de la CENI ou encore dans les bureaux de vous, Monsieur le Ministre ?
Gilbert Bawara : Non, le Ministre de l’Administration territoriale que je suis a vocation à canaliser la contribution et l’appui des services de l’Etat, pour permettre à la CENI de fonctionner dans de bonnes conditions, de préparer et d’organiser les élections dans de bonnes conditions. Maintenant, est-ce que la priorité quotidienne des Togolais, c’est les élections. Si c’est çà la question, je vous dirai carrément, non ! Mais je suis certain, qu’au delà du gouvernement et de la CENI, les partis politiques, les états-majors, les potentiels et futurs candidats, s’organisent et se préparent.
pa-lunion.com : Déjà en pré-campagne comme vous ?

 




 

 

 
MOTS CLES :  Bawara   Ceni   Existante   Travaille   Listes   électorales 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

require_once(

Agenda - événements

Africa SME Champions Forum: 300 PME africaines ont rendez-vous à Dakar
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDuTogo.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués