SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

GERVAIS Koffi Djondo «Les Africains doivent travailler ensemble»

Par Lesafriques - 13/08/2014

Dans cet interview , Gervais Koffi Djondo, cofondateur d’Ecobank et de la compagnie aérienne Asky Airlines, revient, entre autres, sur son long et riche parcours dans le monde des affaires.

 

Les Afriques : Vous avez un parcours professionnel bien rempli et on peut même dire que vous incarnez la sagesse d’un grand leader africain. Aujourd’hui au sommet de votre carrière, quelles sont les réalisations dont vous êtes le plus fier ?
Gervais Djondo : Je suis fier surtout des équipes que j’ai eues et qui m’ont accompagné au niveau d’Ecobank et d’Asky. Je suis aussi très fier de ce que nous pouvons attendre des jeunes, demain. Les jeunes pourront faire mieux que nous. Je suis fier du peu que j’ai pu faire même en dehors des deux structures (Ecobank et Asky). Je voulais surtout apporter ma contribution pour faire avancer l’Afrique.

 


© Droits réservés

LA : Quels sont les plus grands obstacles que vous avez dû surmonter au cours de ces deux aventures ?
G.D: Les obstacles, il y en a eu. Le drame de l’Afrique, c’est que la solidarité n’est pas pleine et entière. Lorsque vous entreprenez quelque chose, ce n’est pas tout le monde qui va vous regarder avec des yeux de réussite. Il y a beaucoup qui vont dire on va voir… Mais, ce n’est pas la peine de s’attarder sur les obstacles. En Afrique, si vous voulez faire quoi que ce soit, il y aura des obstacles. Mais je crois qu’il faut dépasser tout cela et avancer.
LA : Vous avez occupé de hautes fonctions dans l’administration togolaise. Vous avez ensuite quitté pour vous lancer dans le monde des affaires. Qu’est-ce qui a motivé le choix d’une telle orientation ?
G.D. : Mon père était dans les affaires. C’était un grand commerçant. J’ai vécu là-dedans. Moi-même. Je m’étais toujours dit que je serais dans les affaires. Je suis rentré à la SCOA (Société commerciale de l’Ouest africain) comme directeur général et c’est parti...

 

LA : On peut vous qualifier de visionnaire pour avoir créé Ecobank en 1985, à un moment où la plupart des gens ne croyaient pas à la réussite d’un modèle de banque panafricaine. Qu’est-ce qui vous a convaincu du futur succès du modèle d’Ecobank ? Comment est né ce projet de création ?
G.D. : Un chef d’État africain, que j’aimais beaucoup, qui s’appelle Kwame Nkrumah m’a beaucoup parlé de panafricanisme, quand j’étais jeune. J’aimais beaucoup cette idée, je pense toujours à cela. Je me suis donc dit que l’OUA a été créée (ndlr - devenue par la suite UA -), mais on ne sent pas la force des actions de cette organisation, bien que politique. Puis, j’ai réfléchi en disant que justement pour démarrer l’Afrique, nos économies doivent reposer sur des entreprises de grande taille. Et surtout en voyant nos Etats individuellement, il y a longtemps, je me suis dit qu’on ne peut rien faire de sérieux, de grand, d’important individuellement, pour l’Afrique et pour nos populations. Se mettre ensemble, c’est cela le panafricanisme et l’intégration africaine. Le continent africain est un bloc, il est bien uni. Et c’est la colonisation qui nous a divisés, elle nous a mis en miettes, comme du gâteau. Par ici, on dit francophones, là on dit anglophones, et ailleurs on dit lusophones. Tout ça c'est fini, nous devons nous retrouver pour bâtir l’économie de l’Afrique, pour échanger nos différentes productions. Les pays de l’Asie ont connu le grand développement à partir du commerce intra-asiatique. Nous aussi nous devons faire du commerce intra-africain. Aujourd’hui, le niveau de ce commerce est à 15%, c’est insignifiant. En Asie, il est de 67% à 70% à peu près. En Amérique latine, ce taux est à 27% à 30%...

 

Nous, on est encore là depuis 50 à 60 ans. Alors avec Ecobank, nous pouvons faciliter et accompagner ce commerce intra-africain. Et puis, avec Asky, nous pouvons faciliter la mobilité. L’intégration c’est d’abord la mobilité. Le panafricanisme c’est la mobilité. Donc, nous mettre ensemble pour ce que nous pouvons entreprendre comme affaire, comme initiative du secteur privé. Vu que sur le plan politique cela ne va pas vite, alors j’ai estimé que sur le plan économique, sur le plan du développement de l’Afrique, nous pouvons passer par là.
LA : Pour pérenniser son succès, quels sont les défis qu’Ecobank, en tant que banque panafricaine, doit relever ?
G.D. : Le premier défi pour moi, c’est la volonté d’être ensemble, de bâtir ensemble des entreprises de grande taille. Ensuite, sa contribution à l’économie de chaque État où elle est implantée. Son dynamisme dans l’économie dans laquelle elle est implantée. Et il faut cultiver l’esprit du panafricanisme, l’esprit de se mettre ensemble. J’ai parlé de l’émiettement, du partage de l’Afrique. A quoi sert encore aujourd’hui de dire voilà les francophones, voilà les anglophones, voilà les lusophones. Nous devons nous mettre tous ensemble pour aller de l’avant, pour bâtir de grandes entreprises. Voilà moi ce que j’attends et qui va venir sans faute.
LA : Vous avez également créé la compagnie aérienne panafricaine Asky Airlines, il y a quelques années. Comment est née l’idée de la création de cette compagnie ? Ensuite vous avez choisi Ethiopien Airlines comme principal partenaire stratégique. Pourquoi avezvous opté pour une compagnie africaine et non pour une compagnie occidentale pour accompagner Asky Airlines dans son développement ?









 

G.D. : La mobilité en Afrique, c’est un problème majeur pour les affaires et pour tout le monde. Nous avons analysé tout ce qui a pu conduire les autres compagnies à l’échec. Et c’est là que j’ai eu le concept de compagnie aérienne privée, avec un conseil d’administration et une politique de recrutement saine, c’est-à-dire basée sur le professionnalisme, plutôt que sur le copinage. Nous avons suivi avec beaucoup de peine les vieilles compagnies qui ont disparu, surtout Air Afrique qui était un grand bijou. Donc, encore une fois, il fallait autre chose. C’est pour cela que nous avons conçu Asky sur des bases du secteur privé. Et avec une société à capital dans lequel on retrouve des personnes de l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique centrale, jusqu’en Afrique du Sud. Nous sommes allés chercher Ethiopien Airlines comme partenaire technique d’abord pour tout ce que je vous ai dit : panafricanisme, intégration africaine. Nous avons donc préféré ce partenariat Sud-Sud. Aujourd’hui, je peux vous dire que c’est un partenariat qui a bien réussi. Il y a encore six mois, Asky transportait 8000 passagers par semaine, mais depuis quelques semaines, maintenant elle transporte plus de 10 000 passagers par semaine. Nous avons des avions neufs, nous avons une politique du personnel rigoureuse, on recrute sur des valeurs intrinsèques. Ethiopien Airlines sait réhabiliter plusieurs compagnies africaines. J’ai vu l’organisation et les résultats d’Ethiopien Airlines, j’ai préféré prendre Ethiopien Airlines comme partenaire technique et partenaire stratégique à la fois. Ils sont également actionnaires dans Asky.

 

LA : Parlons de la compagnie Asky et de son rôle dans le développement régional. Quelle est votre vision pour le développement d’Asky ? Cette compagnie va-t-elle desservir uniquement des pays africains ou va-t-elle se développer vers des destinations sur d’autres continents ?
G.D. : Au départ, dans l’étude de faisabilité que j’ai faite, j’avais prévu qu’au bout de deux ans nous allons attaquer l’international, à savoir l’Europe, l’Asie, l’Amérique. Mais deux ans après, quand j’ai vu les difficultés encore sur le terrain et les choses qu’on n’a pas encore réussi à atteindre… Pourquoi ne peut-on pas partir de Dakar à Nairobi, à Johannesburg, à Addis-Abeba, et revenir le même jour. Donc, j’ai vu que nous avons du travail à faire. Et ce n’est pas aux autres de le faire à notre place, mais nous-mêmes qui devons le faire. Je suis aujourd’hui convaincu que l’Afrique de l’Ouest, en dehors du Nigéria qui a une capacité géographique et une population conséquentes, peut avoir sa compagnie propre, pour tout le reste de l’Afrique de l’Ouest une seule compagnie unique nous rendrait plus service. Sinon, les petites compagnies qui se créent tous les jours et qui disparaissent après 3 ou 4 ans, cela risque de continuer, c’est du gaspillage. Parce que l’État a d’autres choses à faire que d’aller pour des raisons d’égoïsme, créer une compagnie avec un drapeau national qui flotte. Non. Faisons les choses de façon raisonnable, efficace et dans l’intérêt de nos populations. Aujourd’hui, il faut voir les taxes que vous payez sur un billet, en Afrique de l’Ouest.

 

Il y a des destinations qui vous amènent à payer 40%, 50% de taxes sur le tarif aérien. Alors, comment voulez-vous développer le tourisme ? Vous ne pouvez pas développer le tourisme avec une situation pareille. On est plus cher en Afrique de l’Ouest et centrale que dans le monde entier. Si on se met ensemble, on va dépasser ce «chacun pour soi». Donc, j’insiste encore pour dire qu’il faut se regrouper. Regardez les grandes compagnies américaines, européennes, elles se regroupent. Renseignez-vous, aux États-Unis, sur dix ans, combien de regroupements de compagnies ont été faits. En Europe, c’est pareil, en Asie aussi. Alors que nous, on est là, nos petits États ont une compagnie aérienne. C’est absurde. Ce n’est pas responsable.
LA : Que pensez-vous de l’essor économique que connaît le continent africain depuis quelques années ? Et surtout que doivent faire les dirigeants africains pour garder le cap et maintenir cet élan de prospérité ?
G.D. : À mon humble avis, nous devons reconnaître tous que nos politiques passent à côté. Regardez ce qui s’est passé en Libye, on est allés détruire le pays. L’Afrique n’a pas levé le petit doigt. Regardez ce qui se passe au Mali, combien de temps on a mis pour se retrouver, soi-disant pour faire quoi. Quel est le résultat ? Regardez ce qui se passe au Nigéria. Il faut aller à Paris pour trouver des solutions. Et enfin, regardez l’Afrique centrale, c’est décourageant. C’est triste. Il faudrait que nos dirigeants observent ces situations- là et prennent des positions et nous mènent dans des actions concrètes.

 

J’irai plus loin sur un autre plan. Regardez l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale, le franc CFA, un franc colonial, depuis 50 ou 60 ans. On se contente de cela. Allez chercher des spécialistes africains pour vous dire ce qui se passe vraiment. Non, on ne voit pas de résultat. L’OUA, l’UA, etc. Je ne peux pas donner de conseil, mais, à mon humble avis, il faut que les dirigeants eux-mêmes voient, qu’ils suivent ce qui se passe, qu’ils reçoivent des informations. C’est dur. La corruption est installée partout. Au niveau le plus officiel, dans les Etats, les gouvernements, la corruption est devenue monnaie courante. Prenons les droits de l’homme, regardez tout ce qui se passe. L’instabilité politique va nous amener où ? Si j’ai des fonds, je veux aller investir en Afrique, et que je n’ai pas de garanties… Et demain, le politique rentre dedans et fais ce qu’il veut, et commence à appeler ses pairs, pour dire que dans telle entreprise il y a ceci et cela. L’Afrique n’avancera jamais avec ces pratiques-là. La justice, c’est très important, c’est ainsi qu’on juge un pays de loin. C’est ainsi que les investisseurs vont revenir en Afrique, et même pour nous mêmes africains, dans les affaires. Où va-t-on ? Je dis humblement que nos dirigeants doivent ouvrir leurs yeux pour voir ce qui se passe.

 

LA : Selon vous, le secteur privé a un rôle important à jouer. Comment les dirigeants politiques africains peuvent-ils contribuer à encourager l’émergence d’un capitalisme africain ?
G.D. : Prenons le cas de l’emploi. Voyez la jeunesse africaine et tous ces chiffres ahurissants partout en Afrique dans tous les États, concernant le problème de l’emploi. Ce ne sont pas les pouvoirs publics qui créent les emplois, c’est le secteur privé qui est pourvoyeur d’emplois dans le monde entier. Donc, dans tous nos pays, les gouvernements doivent prendre pour partenaires le secteur privé. Et ils doivent discuter périodiquement avec les responsables du secteur privé pour qu’ils leur exposent leurs difficultés, leurs problèmes. Le secteur privé ne va pas forcément demander de l’argent. Mais il y a des règlementations qui existent pour créer une entreprise, pour créer quelque chose. Il faut voir la façon dont les gens sont reçus dans les administrations. Les fonctionnaires, ce n’est pas de leur faute. On doit leur inculquer l’importance du secteur privé. Lorsque quelqu’un vient chercher de l’information pour créer une entreprise, il faut être rapide avec lui. La conception répandue, c’est que c’est quelqu’un qui a de l’argent, il n’a qu’à rester là. Ou bien on fait des choses pour le décourager et le démotiver. Mais, de plus en plus, on entend qu’il y a des réformes pour permettre de créer une entreprise en 48h ou 72h, tant mieux. Donc, je dirai même que pour promouvoir la création d’emploi, il faut qu’on fasse appel à des entrepreneurs dans les universités, pour qu’ils viennent parler aux étudiants de leurs activités, des difficultés qu’ils rencontrent, de leurs résultats, de leurs succès, de leurs échecs, etc. C’est ainsi qu’on peut favoriser l’initiative privée.

 

Pour que les étudiants apprennent ce qui se passe réellement et fassent la différence avec ce qui se raconte. Je prends par exemple les PMEPMI. On a du mal à leur donner toutes les satisfactions possibles. Les banques classiques ne sont pas outillées pour accompagner les PMEPMI parce qu’elles répondent à des normes de régulateurs rigides de la banque centrale. Ce qu’il faut faire, c’est de créer une structure spéciale dans laquelle l’État peut mettre 500 millions ou un milliard. Il faut aider les PME, parce que dans beaucoup de pays, selon les règles légales, dès qu’elles commencent à travailler un an, elles doivent payer les charges sociales, elles doivent payer les impôts, comme les grandes entreprises qui existent depuis 10 ans ou 20 ans et qui prospèrent. Alors que les PME-PMI vont s’endetter de gauche à droite, pour pouvoir créer quelque chose. Cet apport de l’État va aider et accompagner les PME. L’État doit donner un an ou deux ans ou trois ans à ces PME-PMI pour les aider, pour qu’elles ne paient pas les charges sociales et les impôts la première année, les exempter de certaines règles. Ce sera un accompagnement précieux, efficace, pour aider ce secteur privé.
En retour, l’État va voir que les emplois seront créés. Donc, l’État va gagner plus que les millions qu’il a mis dans cette structure. Il faut oser. Le problème de l’Afrique, c’est cela. Il faut oser des réformes. Il faut demander, il faut s’associer dans le privé.
LA : Quels sont vos prochains défis ?
G.D. : Djondo a 80 ans maintenant, il est fatigué. Il n’a plus les capacités physiques et intellectuelles pour continuer le combat. Mais le peu qui a été fait… vous savez en dehors même des deux sociétés que vous évoquez, on a créé de petites choses aussi de gauche à droite.

 

LA : Quel message pouvez-vous adresser aux Africains et aux jeunes en particulier ?
G.D. : Il faut dépasser la situation de l’Afrique que nous vivons aujourd’hui. Le premier conseil, c’est de réfléchir à l’initiative privée, de réfléchir à la création d’entreprises. Il faut entreprendre. Mais il faut beaucoup de patience et de persévérance. Parce que les affaires ne sont pas faciles. Et puis dépasser ce clanisme que la colonisation nous a légué : francophones par ci, anglophones par là. Considérons-nous tous comme des Africains. De quelque partie de l’Afrique on se trouve, c’est l’Afrique. Faisons des choses ensemble. Et surtout dans le monde agricole, il faut cultiver l’esprit d’échange. Dans le monde agricole comme dans le monde industriel ou de services, il faut échanger, c’est très important.
LA : Votre mot de la fin ?
G.D. : Aujourd’hui, j’invite tout le monde, particulièrement la jeunesse, à reconsidérer la femme comme un élément capital pour mener le développement de l’Afrique avec les autres. La femme est une force capitale que nous avons ignorée pendant longtemps. Et ceci est valable pour les politiques, les gouvernements, le secteur privé. La femme doit
retrouver sa place dans la société.
Propos recueillis par Ibrahim Souleymane et Carlos Laye à Paris

 
MOTS CLES :  Koffi   Djondo   Africains   Travailler   Ensemble   Asky   Airlines 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

require_once(

Agenda - événements

Africa SME Champions Forum: 300 PME africaines ont rendez-vous à Dakar
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDuTogo.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués