INTERVIEW  |    

Magloire Kuakuvi: « L’alternance politique n’est pas une nécessité passagère mais un principe ...»

Par Journaldutogo.com, source togobreakingnews/Abel Alofa - 06/10/2014

Le Professeur Magloire Kuakuv est membre de la Commission Justice et Paix de l’Eglise Catholique et Consultant Indépendant

 

Ainsi, depuis un moment l’Association Togolaise pour la Défense et la Promotion des Droits de l’Homme (ATDPDH) tient des séances d’informations pour les points focaux des partis politiques concernant la culture de la paix et d’une alternance pacifique.


La dernière séance en date a été animée par le Professeur Magloire Kuakuvi, membre de la Commission Justice et Paix de l’Eglise Catholique et Consultant Indépendant. Le Professeur de philosophie des Universités du Togo s’est prononcé sur le sujet de l’alternance qui, selon lui, « n’est pas une nécessité passagère », mais une condition parce qu’elle fait partie des principes de la démocratie.

Togobreakingnews: Vous avez entretenu les Points Focaux Tolérance des partis politiques sur «L’Alternance et la culture de la paix». Quel est aujourd’hui l’état d’esprit des uns et des autres sur la question ?

Magloire Kuakuvi: L’assistance présente le panorama politique du pays parce qu’il y a des gens qui sont convaincus que nous avons besoin de l’alternance alors qu’il y a d’autres qui n’en voient pas la nécessité. Or les êtres humains ont besoin de comparaisons pour aller de l’avant. Et ce que nous demandons, est que le peuple ait l’opportunité de comparer les projets de société. De telle sorte qu’on sache que, par exemple, telle rue a été faite du temps «T» et telle autre du temps «T». Ça peut même servir d’émulation entre les partis politiques dont les pays ne s’en lassent jamais parce qu’il y a des structurations, des refondations, des changements d’idéologie etc. Cela ne peut que faire du bien à la démocratie.

Togobreakingnews: D’après vous, qu’est-ce que les partis politiques devraient enseigner à leurs militants et sympathisants sur la question de l’Alternance au Togo ?

Magloire Kuakuvi: Ce qu’ils devraient rapporter aux militants de leurs formations politiques est que l’alternance n’est pas une nécessité passagère. Elle fait partie des principes de la démocratie. C’est parce que les gens ont souffert sous les rois, ils ont souffert sous les oligarchies que sont les groupes de personnes qui oppriment d’autres groupes de personnes, et ils ont trouvé la République comme une solution. Une République dans laquelle la loi qui est impersonnelle, est la même pour tous. Soit qu’elle protège ou soit qu’elle punisse.

Je crois que c’est ça l’importance qu’ils doivent rapporter à leur base de telle sorte que les constituions ne soient pas trop malmenées par un groupe de gens. Comme je l’ai dit, les gouvernants sont des entités biodégradables. Ils peuvent être tombés malades ou ils peuvent mourir brusquement. Personne n’est à l’abri d’un malheur, mais la République règne. C’est ce qu’on appelle la permanence de l’Etat. Je crois que c’est ce qu’ils doivent véhiculer dans leurs partis politiques.

Togobreakingnews : Comment peut-on expliquer le fait que l’alternance fait peur aux dirigeants africains au point d’être exclue, à la limite, dans plusieurs pays africains dont le Togo ?

Magloire Kuakuvi: C’est une question qui revient très souvent. C’est pourquoi j’ai posé la nature humaine comme le fondement de l’agressivité et des conflits parce que les Africains comme les Togolais en particulier, ne sont pas constitués autrement. A l’intérieur de leurs corps, il y a des cellules, du sang, des globules rouge et blanc qu’y circulent. Et ce qu’on appelle la démocratie, c’est juste l’opportunité qu’a le peuple de dire que ça ne me convient pas, et ça me convient. C’est tout. Donc, ce n’est pas quelque chose d’extraordinaire ou de loin qu’on leur impose. C’est dans la nature de l’homme de dire, ça me convient, ça ne me convient plus. C’est comme ça qu’il faut prendre le problème «pour trouver la solution à l’alternance » (ndlr).

Togobreakingnews : Dans une de vos déclarations aussi, vous avez dit que la culture de la paix a eu raison de la culture réflexive et normative. Que voulez-vous dire explicitement ?

Magloire Kuakuvi: Oui, quand on prend nos proverbes ou nos dictons, il y a l’un d’entre eux qui dit que « ne fais à autrui ce que tu ne veux pas qu’on te fasse». Donc, le citoyen qui veut avoir la paix, doit respecter nécessairement et pacifiquement son concitoyen parce que la violence appelle la violence et la paix appelle la paix. C’est à cela qu’il faut réfléchir pour ne pas croire que lorsqu’on changera les gouvernants, ce sera la catastrophe. Si la loi est impersonnelle, elle est la même pour tout le monde. Comme je l’ai dit, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. C’est ça les institutions fortes et non les hommes forts.

 

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

require_once(

Agenda - événements

Africa SME Champions Forum: 300 PME africaines ont rendez-vous à Dakar
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDuTogo.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués