NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Au Togo, la crise politique s'enlise, l'économie souffre et les boutiques ferment

Par Journadutogo.com avec Afp - 07/06/2018

Le pays est de plus en plus en proie à des tensions et manifestations qui le paralysent .

 


© Droits réservés

Assis au milieu de sa boutique à Déckon, Seibou Issa fait le point avec ses deux employés. La journée n'a pas été bonne, comme tous les jours ou presque depuis que le Togo a plongé dans une grave crise politique en septembre dernier.

 

Assis au milieu de sa boutique à Déckon, Seibou Issa fait le point avec ses deux employés. La journée n'a pas été bonne, comme tous les jours ou presque depuis que le Togo a plongé dans une grave crise politique en septembre dernier.

 

"Mes ventes ont baissé de plus de moitié, car la plupart de mes clients viennent des pays voisins. Ces derniers temps, ils ont peur de venir", lâche M. Issa, assis au milieu de réfrigérateurs et de cuisinières tout neufs.

 

Non loin de là, Paul Azédjan, vendeur de téléphones, renchérit: "C'est vraiment dur. Les clients sont rares et certains fournisseurs se tournent vers le Bénin et le Ghana, parce que nous ne finissons pas le stock".

 

Déckon compte des dizaines de boutiques, des banques et les sièges de grandes sociétés, si bien que le pouvoir a tenté, parfois en vain, de changer les parcours des dizaines de marches anti-gouvernementales pour éviter qu'elles ne perturbent l'activité économique.

 

En effet, depuis septembre, des dizaines de milliers de personnes descendent régulièrement dans les rues à l'appel d'une coalition de 14 partis de l'opposition, pour demander la démission du président Faure Gnassingbé, réélu en 2010 puis 2015 dans des scrutins contestés par l'opposition, après avoir succédé à son père, au pouvoir pendant 38 ans.

 

Le pouvoir mise sur la fatigue des manifestants à deux ans de la prochaine élection présidentielle: une stratégie qui fonctionne pour essouffler la contestation populaire, mais qui pénalise l'activité économique sur le long terme.

 

Selon une enquête publiée en avril par la Chambre de commerce et d'industrie du Togo, 72% des chefs d'entreprises ont affirmé avoir enregistré une baisse de 25 à 50% de leur chiffre d'affaires au second semestre de 2017.

 

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) qui a séjourné en avril au Togo, a également noté un "ralentissement de l'activité économique au deuxième semestre de 2017, à la suite des troubles sociopolitiques".

 

Le taux de croissance de l’économie est estimé à 4,4% en 2017 contre 5,1% en 2016. Il devrait être légèrement inférieur à 5% en 2018, souligne l'institution financière.

 

- Coupe budgétaire -
Le gouvernement a d'ailleurs adopté le 25 mai un projet de loi réduisant de 1% le budget de l'Etat en 2018, en raison de la baisse du "niveau de recettes fiscales recouvrées au cours du premier trimestre".

 

Les autorités ont aussi justifié cette coupe budgétaire par "l'évolution de la conjoncture socio-économique et financière du pays (...), émaillée de violences, qui a affecté négativement l'activité économique".

 

L'opposition a décidé de rappeler ses partisans cette semaine dans les rues, alors que les négociations engagées avec le pouvoir, sous l'égide du président ghanéen, sont au point mort. Le chef de file du mouvement, Jean-Pierre Fabre, a demandé à ses partisans d'être "persévérants, courageux et endurants" et de ne pas se décourager mais dans les marchés, on se désole de voir les boutiques fermer.

 

"Les politiques doivent mesurer l'ampleur de la situation et vite trouver une solution à cette crise", confie Dédé Maglo, la responsable d'une entreprise de distribution d'ordinateurs, qui affirme avoir perdu 40% de son chiffre d'affaires cette année.

 

"Pour tenir le coup, j'ai mis en chômage technique trois de mes employés et j'ai remercié tous les stagiaires", ajoute-t-elle, alors que le sous-emploi touche déjà un tiers de la population togolaise.

 

Afiwa Djissou, revendeuse de produits cosmétiques au grand marché de Lomé, a même dû fermer l'une de ses deux boutiques: "J'ai ramené tout le stock dans une seule boutique, pour réduire les charges", raconte la jeune femme. "Je suis vraiment inquiète, car l'ambiance n'est pas bonne".

 
MOTS CLES :  Crise   Togo 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

require_once(

Agenda - événements

Africa SME Champions Forum: 300 PME africaines ont rendez-vous à Dakar
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDuTogo.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués